Restauration d'un collier de perles Vintage

Mis à jour : mai 4


Aujourd’hui je vous propose de découvrir comment je vais restaurer un collier en perles de verre vintage. Plus que jamais, les questions de surproduction, des modes éphémères qui poussent à la consommation et les matières premières, même nobles, trop souvent gaspillées m’interpellent.

Réparer et réutiliser sont des actions qui devraient vraiment revenir dans nos habitudes. Seulement, la majorité des choses produites actuellement, ne sont pas réparables. C’est dommage, car parfois un simple rajeunissement permet de redonner une nouvelle énergie, une nouvelle vie à un objet.

Dans mon dernier article vous avez pu voir que je parlais déjà de la slow fashion industry et je soutiens aussi le mouvement zéro déchet autant que je cautionne le vintage.

C’est important de soutenir le travail des nouveaux artisans, qui redonnent du sens, de la beauté, de la solidité à nos intérieurs et à nos garde robes avec des propositions contemporaines, dans l’air du temps, éthiques, raisonnées et écologiques. Mais parallèlement je trouve qu’il est aussi important de mettre également notre savoir-faire au service du passé pour réintégrer des objets anciens dans notre quotidien. Et dans mon cas, le bijou en perle de verre.

LE BIJOU EN PERLES DE VERRE VINTAGE Toutes les personnes qui ont déjà chinées ont déjà pu voir des colliers de perles de verre sur les étalages, dans les friperies, chez les antiquaires, sur les boutiques de brocanteurs en ligne. Si je pouvais, je les prendrais tous, parce que je suis passionnée par la perle de verre. Chaque couleur, chaque formes, motifs ou montage, font références à une époque, un style de vie, une culture, un contexte historique… c’est fascinant ! Mais surtout, il y a ce qu’on ne voit pas quand on regarde des perles de verre vintage : Des centaines d’ouvrières qui façonnent des kilos de perles de verre par jours à une vitesse incroyable. Il y avait aussi des paruriers qui assemblaient les perles de verre avec style et talent comme j’ai pu le découvrir avec les bijoux Rousselet. On imagine aussi la période où les femmes portaient des dizaines de colliers de perles en même temps entre 1920 et 1960, pendant les années folles et avec la mode de Coco Chanel, jusqu’à l’arrivée du plastique et de la concurrence asiatique… Je ne suis pas une spécialiste de cette période, mais une passionnée et j’ai eu la chance de faire quelques rencontres qui m’ont permis de prendre conscience de tout cela et aujourd’hui, c’est un vrai bonheur pour moi de redonner vie à des colliers cassés et à des perles de verre abandonnées.

SAVOIR RÉPARER AU LIEU DE JETER Réparer au lieu de jeter, c’est aussi valable pour les bijoux actuels. S’il est important à mes yeux de redonner vie aux objets anciens, par la restauration de ceux-ci ou par la création d’un autre objet à partir de ceux-ci, il est aussi intéressant de concevoir la réparation d’objets modernes, parfois sans aucune valeur avec des matériaux plus noble. Dans le cadre du bijou, je repense à ce collier Chanel qu’une cliente m’avait demandé de réparer. Il manquait une perle au collier. La plus grande déception sur ce projet fut que toutes perles de ce collier étaient en plastique. C’était donc un bijou fantaisie, vendu à prix d’or mais sans la moindre noblesse dans le choix des matériaux qui le composait. Mais ça a été pour moi, une petite revanche intérieure de finalement réparer ce collier avec une perle en verre et de lui redonner un petit coup d’éclat. Car une perle de verre en dehors de son aspect esthétique, aura des propriétés énergétiques bien plus fortes qu’une perle en plastique. Nous savons que tout est énergie, les couleurs vibrent à une certaine fréquence et les matières que nous utilisons également. De même que le verre est composé d’oxydes métalliques, comme l’or, le cuivre ou l'argent et cela lui confère une certaine noblesse, il faut l'avouer. Sans parler de cette alchimie si longuement développée qui fait du verre, un véritable miracle. Si pour moi travailler sur des bijoux anciens fait partie de mon métier de verrier, nous devons tous faire des efforts dans notre quotidien pour choisir des objets qui peuvent être réparés. Car cela permet d’éliminer la surproduction de produits qui ont une durée de vie limitée et cela aura le grand effet d’améliorer progressivement la qualité de notre vie dans notre habitat et au sein de notre société. Chaque détail compte.

UN COLLIER CHIN֤É ET RESTAURÉ

Réparer plutôt que jeter :

Pour finir, je dirai que de nos jours, nos moyens techniques nous permettent de créer des perles de verre de très bonnes qualité. Cependant il peut arriver que certaines cassent ou bien que le temps abîme un peu la surface du verre. L’avantage du verre, c’est qu’il peut être refondu, recyclé, retravaillé et au pire des cas reproduit pour être remplacer.

Se fournir ses bijoux chez un artisan c’est donc choisir la qualité plutôt que la quantité, la solidité et la longévité, c'est aussi opter pour un service de réparation sur mesure et surtout limitée la surproduction et gaspillage des ressources.

Certains petits ateliers n'ont pas d'autres solutions pour militer contre le gaspillage que de ne fonctionner uniquement sur pré-commandes et je dois avouer que cette idée ne me laisse pas indifférente. D'ailleurs dans la boutique en ligne, vous pourrez trouver des pièces prêtes à être vendues mais chaque collection est présente de façon indépendante et vous pouvez passer une commande pour la réalisation d'un modèle si la couleur ou le décor n'est pas disponible en boutique.

Maintenant à vous,

Avez vous apprécié cet article ?

Pensez vous davantage opter pour des options plus éco-responsable à l'avenir ?

Seriez vous sensible à l'acquisition d'un bijou en pré-commande ?


A découvrir sur le blog des rituels  
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey YouTube Icon
  • Grey Pinterest Icon

 © 2017- 2020 NEHACREA, tout droits réservés.